Bienvenue sur le site de la Fête Historique des Louches Election de la Seigneurie de Comines Marché médiéval dans le jardin public Défilé des allumoirs Jet des Louches pour enfants Cortège Historique Jet des Louches
Election de la seigneurie de Comines
Samedi 06 Octobre 2018
Marché médiéval au jardin public
Samedi 13 Octobre - 14h à 21h
Dimanche 14 Octobre - 10h à 18h
Défilé des allumoirs
Samedi 13 Octobre 2018
de 19h00 à 20h00
Jet des louches pour enfants
Samedi 13 Octobre 2018
suite au défilé des allumoirs
Cortège historique
Dimanche 14 Octobre 2018
de 15h00 à 17h00
Jet des louches
Dimanche 14 Octobre 2018
vers 17h00
Vous êtes ici :
//
//
Interview de Serge Senave, membre de la confrérie

Interview de Serge Senave, membre de la confrérie

Interview de Serge Senave, membre de la confrérie

Avant de vous narrer une petite anecdote, je voudrai vous signaler l'importance de notre confrérie.

Avant tout l'explication de ce nom : Les confréries sont des communautés destinées à favoriser une entraide fraternelle ou à perpétuer une tradition. Cette forme d'association est attestée depuis le XIIIe siècle. La confrérie est en général dirigée par un grand maître. Pour notre part elle signifie la perpétuation de la tradition.

Cette coutume date de Jean Ier de la Clyte. Prisonnier des Anglais à l'issue de la bataille d'Azincourt en 1415, il fut délivré moyennant une forte rançon payée par les citoyens de Comines. Pour les remercier, son fils Jean II demanda et obtint en 1456 de Philippe le Bon le privilège de commercer librement le jour de Saint-Denis, date de la Franche-Foire.

Si notre confrérie a, cette année, 50 ans d'existence, la fête des louches existe depuis 130 ans et il est de notre devoir et de notre prérogative de défendre, en tant que membres de la confrérie, les fondements de cette fête pour que vous puissiez cette année et dans les années à venir, y assister, librement et sans contrainte.

Tous les ans, le lundi du Franc Marché, nous allons au cimetière, nous recueillir sur les tombes des anciens membres de la confrérie et je veux croire que dans 130 ans ce simple geste sera perpétué.

Si je veux, dans cet article insister sur ce mot confrérie c'est pour vous faire comprendre que la plupart des fêtes traditionnelles disparaissent ou s'étiolent du fait d'un non suivi ou d'exigences qui sortent du contexte et c'est pour défendre cela que nous nous devons d'exister.

Maintenant chose moins sérieuse et pompeuse ma petite anecdote...

Malgré mes ententes plus que joviales avec les différents curés de la paroisse qui ont succédés, je me suis toujours débrouillé, au grand dam du Grand Maître de la Confrérie, d'éviter la messe du dimanche matin. Pendant plusieurs années, comme nous étions toujours à la bourre, je me chargeai avec d'autres confrères, de finaliser les chars en les décorant de jupes et autres accessoires. N'étant pas trop bricoleur et un peu cabot, je me faisais un honneur de n'avoir pas fini à temps et ainsi éviter la messe !

Une année, il y eut une forte tempête la veille du défilé de la fête des louches et un des confrères m'a appelé pour remettre en place les oriflammes ornant la ville, ceux-ci étaient enroulés autour des fils électrique. Ayant peu de moyen et vu la hauteur des fils c'est Roger Dauchy, ancien membre du comité, qui eut l'idée de nous prêter son camping-car très tôt le matin pour éviter de gêner la circulation, moi le conduisant, le plus prudemment possible et, mon confrère sur le toit. Pour ma part j'avais la meilleure place mais pour celui monté sur le toit, il a failli plus d'une fois se retrouver par terre les fesses en l'air, en tous les cas cela m'a permis, une fois de plus, l'occasion de rater la messe !

Ensuite grâce à la mise en place du marché médiéval, la demande de la présence d'un membre du comité le dimanche matin au sein de ce marché fut faite par le Grand Maître et, tout naturellement, je me suis proposé !

Tout cela pour en venir à l'année 2013, où pour je ne sais quelle raison, je me suis rendu à la messe du dimanche matin qui fut célébrée en l'église de Comines Belgique et, ... vous savez la suite, pas de cortège ni de jets des louches...

A ce jour je suis interdit, par le Grand Maître, d'assister aux prochaines messes des dimanches de la fête des louches. Comme dirait l'autre, Vade Retro Satanas mais croyez-moi, même si je n'ai plus à trouver de prétexte, je fus le premier désolé l'an passé, de cette catastrophe et je vous promets que cette année et dans les prochaines, je m'efforcerai de mettre des oeufs à Sainte Claire.

Serge Senave,
Membre du Comité et de la Confrérie de la Franche Louche.

Google